fbpx

Les nouveaux critères de diagnostic du syndrome de l’intestin irritable (Rome IV)

Nouveaux-criteres-de-diagnostic-Rome-IV-pour-le-syndrome-du-côlon-irritable

Table des matières

De nouveaux critères de diagnostic du syndrome du côlon irritable (trouble gastro-intestinal fonctionnel) ont été publiés en juin 2016. Les critères de Rome IV reflètent les progrès de la recherche scientifique fondamentale et les essais cliniques depuis la publication des critères de Rome III il y a 10 ans. Six ans ont été nécessaires pour développer cette nouvelle édition. Elle implique plus de 110 experts représentant une vingtaine de pays. Rome IV présente plusieurs changements importants dans la façon dont le côlon irritable est décrit et diagnostiqué.

Quelle nouvelle définition pour le diagnostic du côlon irritable ?

Rome IV le définit à présent comme suit : « Le côlon irritable est un trouble de l’interaction intestin-cerveau ». Les personnes qui en sont atteintes peuvent avoir :

  • Des problèmes avec le mouvement des aliments et des déchets dans le tractus gastro-intestinal1 (« troubles de la motilité ») ;
  • Une expérience accrue de douleur dans les organes internes² (« hypersensibilité viscérale ») ;
  • Des modifications des défenses immunitaires de l’intestin (« altération de la fonction muqueuse et immunitaire ») ;
  • Des changements dans l’équilibre des bactéries dans l’intestin (« microbiote intestinal déséquilibré ») ;
  • Des changements dans la façon dont le cerveau envoie et reçoit des informations de l’intestin (« altération de la communication du système nerveux central »).

Rome IV souligne que la meilleure prise en charge des troubles gastro-intestinaux fonctionnels (côlon irritable) nécessite une approche biopsychosociale2. Cette approche prend en considération :

  • L’influence de la petite enfance : génétique, culture, environnement ;
  • Les facteurs psychosociaux : stress, personnalité, état psychologique, adaptation, soutien social ;
  • Physiologie : motilité, sensation, fonction immunitaire, microflore, alimentation. 

Pour en savoir plus sur l’importance des facteurs psychosociaux, lisez notre article qui lui est dédié : Le lien entre le cerveau et les intestins dans la prise en charge du côlon irritable

.
Les nouveaux critères de diagnostic du syndrome de l’intestin irritable (Rome IV)

Diminuez vos symptômes digestifs en 6 semaines

  • Des vidéconsultations avec des spécialistes
  • Des thérapies de soins cliniquement validées
  • Un accompagnement continu et des questions illimitées

Comment ces nouveaux critères luttent-ils contre la stigmatisation du syndrome du côlon irritable (SCI) ?

Les auteurs de Rome IV ont noté que le terme « fonctionnel » est potentiellement stigmatisant et n’est pas spécifique. Ainsi, « syndrome de douleur abdominale fonctionnelle » a été remplacé par « syndrome de douleur abdominale à médiation centrale » et « incontinence fécale fonctionnelle » par « incontinence fécale ».

Quels changements dans les critères de diagnostic du syndrome du côlon irritable (SCI) ?

Les critères de Rome sont importants car ils fournissent une définition standard du SCI, ils sont nécessaires pour identifier et diagnostiquer les personnes qui en sont atteintes. Dans la pratique, certaines personnes qui ne répondent pas exactement aux critères de Rome IV pourraient correspondre à ceux de Rome III. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas atteints de troubles fonctionnels intestinaux.

Le tableau ci-dessous montre les critères de Rome III et IV côte à côte pour mettre en évidence les changements.

Tableau 1. Critères de Rome pour le diagnostic du SCI

Critères de Rome IIIDouleur ou inconfort* abdominal récurrent au moins 3 jours/mois au cours des 3 derniers mois, associé à au moins deux des éléments suivants :
– Amélioration avec défécation,
– Apparition associée à un changement de fréquence des selles,
– Apparition associée à un changement de forme (apparence) des selles.

Critères remplis au cours des 3 derniers mois avec apparition des symptômes au moins 6 mois avant le diagnostic.

*« Inconfort » signifie une sensation inconfortable non décrite comme une douleur.
Critères de Rome IV
Douleurs abdominales récurrentes, au moins 1 jour/semaine au cours des 3 derniers mois, associées à au moins deux des critères suivants :
– Liées à la défécation,
– Associées à un changement de fréquence des selles,
– Associées à un changement de forme (apparence) des selles.

Critères remplis au cours des 3 derniers mois avec apparition des symptômes au moins 6 mois avant le diagnostic.
Source : Lacy BE, et al. Troubles intestinaux. Gastroentérologie. 2016 ; 150: 1393-1407 ; Critères diagnostiques de Rome III pour les troubles gastro-intestinaux fonctionnels. Consulté le 26/11/20 : https://www.theromefoundation.org/

Les différences majeures entre Rome III et Rome IV pour le diagnostic du syndrome du côlon irritable (SCI) : 

  • La douleur est toujours un élément essentiel du diagnostic, mais le mot « inconfort » a été supprimé. Les auteurs ont estimé que « l’inconfort » était vague et peu clair. De plus, ce mot n’existe pas dans toutes les langues, ce qui rend sa traduction difficile ; 
  • La fréquence des douleurs abdominales a légèrement augmenté, passant de 3 jours/mois à 1 jour/semaine. Avant l’écriture de ces critères, la Fondation Rome a mené une enquête pour analyser à quelle fréquence les personnes ont des symptômes gastro-intestinaux. Les résultats ont été utilisés pour déterminer ce qui est « normal ». Les scientifiques ont ajusté les critères de certains troubles gastro-intestinaux fonctionnels, y compris le SCI, en fonction des résultats.
  • Les auteurs ont modifié l’expression « amélioration avec défécation ». Pour de nombreuses personnes, la douleur ne s’améliore pas avec la défécation, elle peut même empirer.

Comment identifier les sous-types du côlon irritable (SCI) ?

Les trois principaux sous-types de SCI sont : 

  • le SCI-C (constipation prédominante) ; 
  • le SCI-D (diarrhée prédominante) ;
  • le SCI-M (SCI avec des habitudes intestinales mixtes).

Pour en savoir plus sur la gestion d’une constipation, lisez notre article qui lui est dédié : Comment soigner la constipation : symptômes, causes et conseils ?

Les personnes dont les symptômes ne rentrent dans aucune catégorie sont considérées comme non classées SCI.

Les sous-types du SCI n’ont pas changé, mais Rome IV inclut une manière légèrement nouvelle de les identifier. Ils sont dorénavant déterminés à partir de la fréquence à laquelle vous avez des selles très molles ou très dures.

Les nouveaux critères de diagnostic du syndrome de l’intestin irritable (Rome IV)
SELLES ET DIAGNOSTIC DU SYNDROME DU CÔLON IRRITABLE

L’échelle de Bristol détermine 7 types de selles : les types 1 et 2 sont caractéristiques d’une constipation, tandis que les types 6 et 7 ceux d’une diarrhée. Les types 3, 4 et 5 sont considérées comme des selles idéales. 

Dans Rome IV, les pourcentages sont basés sur la forme des selles lorsque celles-ci sont considérées comme “anormales” c’est-à-dire de type 1 et 2 (prédominance constipation) ou de type 6 et 7 (prédominance diarrhée). Dans Rome III, les pourcentages étaient fixés sur le total des selles. Cette révision a été faite puisque certaines personnes ont de longues périodes avec une consistance normale des selles. Votre sous-type de SCI doit être déterminé lorsque vous ne prenez pas de médicaments pour traiter les symptômes intestinaux.

Rome IV précise que les troubles intestinaux fonctionnels existent sur un spectre de symptômes. En outre, les sous-types SCI ne sont pas des conditions distinctes : la quantité, l’intensité et la gravité des symptômes varient d’un patient à l’autre. Le sous-type de SCI peut être reclassé à mesure que les habitudes intestinales d’une personne changent.

Les autres nouveautés de Rome IV

Rome IV est un document complet qui comprend des critères de diagnostic de tous les troubles gastro-intestinaux fonctionnels en plus du côlon irritable. Plusieurs nouveaux diagnostics ont été ajoutés, dont quatre :

  • Syndrome d’hypersensibilité au reflux ;
  • Syndrome d’hyperémèse cannabinoïde3 ;
  • Constipation induite par les opioïdes4 ;
  • Syndrome du côlon narcotique.

Rome IV comprend une section intitulée « Douze étapes pour améliorer la relation thérapeutique ». Ces étapes fournissent aux médecins des conseils sur l’établissement du parcours de soins avec les patients pour améliorer le traitement et les résultats.

Plusieurs nouveaux chapitres ont été ajoutés, dont un intitulé « Le microenvironnement intestinal et les troubles gastro-intestinaux fonctionnels ». Ce chapitre présente les dernières recherches sur le rôle du microbiome, des aliments et de la nutrition dans la fonction gastro-intestinale. Le chapitre sur l’expérience de la maladie des patients a été élargi, avec plus d’informations sur le rôle de l’âge et du sexe dans les troubles gastro-intestinaux fonctionnels.

Les nouveaux critères de diagnostic du syndrome de l’intestin irritable (Rome IV)

Diminuez vos symptômes digestifs en 6 semaines

  • Des vidéconsultations avec des spécialistes
  • Des thérapies de soins cliniquement validées
  • Un accompagnement continu et des questions illimitées

Bibliographie, sources et études scientifiques

Functional Gastrointestinal Disorders: History, Pathophysiology, Clinical Features and Rome IV
National Center for Biotechnology Information [consulté le 11 janvier 2021]

Bowel Disorders
AGA [consulté le 11 janvier 2021]

Rome IV diagnostic criteria for functional GI disorders released at DDW
Healio [consulté le 11 janvier 2021]

L'équipe rédactrice Guty

Nos articles sont écrits et validés par des médecins, des diététiciens, des psychologues et des chercheurs qui vous aident à comprendre facilement les troubles gastro-intestinaux. Toutes les informations présentes dans nos articles sont référencées scientifiquement.

Diminuez vos symptômes digestifs
  • Des vidéconsultations avec des spécialistes des troubles digestifs
  • Des thérapies de soins cliniquement validées
  • Un accompagnement H24