fbpx

Le syndrome de l’intestin irritable : en êtes vous atteint ?

comment-soigner-intestin-irritable
Avant de commencer tout traitement, il est important de savoir si vous souffrez du syndrome de l'intestin irritable ou non. Cette pathologie se manifeste par divers symptômes et se sous catégorise en 3 catégories. Lisez cette article pour en savoir plus sur cette maladie et son diagnostic.

Table des matières

Les signaux les plus courants de
l’intestin irritable !

  • Des sensations de douleurs après les repas qui peuvent durer tout au long de la journée ;
  • Des constipations empêchant d’aller à la selle pendant plusieurs jours, accompagnées de ballonnements et de douleurs abdominales (SII de type C) ;
  • Des diarrhées obligeant d’aller à la selle plusieurs fois par jour, accompagnées de ballonnements et de douleurs abdominales (SII de type D) ;
  • De nombreuses absences au travail, parfois considérées injustifiées, car le SII est une maladie peu comprise et perçue comme honteuse ;
  • Une difficulté à vivre une vie sociale normale (amis, couple, enfants) à cause des symptômes omniprésents de celle-ci ;
  • Des difficultés à retenir ses rots et ses flatulences ;
  • Une sensation d’avoir le ventre très gonflé après les repas ;
  • Une anxiété, un stress, voire une dépression occasionnés par les symptômes du côlon irritable ;
  • Une sensation d’évacuation incomplète après être allé à la selle.

Les personnes à risque

Le diagnostic de l’intestin irritable se fait sur la base de plusieurs symptômes cliniques qui répondent à des critères bien précis. Avant cela, une évaluation est généralement faite pour exclure d’autres pathologies organiques qui imitent les symptômes de l’intestin irritable.

Cette maladie ne peut pas être détectée à l’aide d’analyses médicales (test sanguin, imagerie médicale, etc.). C’est pour cela que la fondation Rome 1, composé de spécialistes de la médecine, il a mis au point le diagnostic Rome IV. Celui-ci a succédé au diagnostic Rome III (mai 2016).

Voici les critères (Rome III et Rome IV) qui définissent si vous êtes atteint ou non du syndrome de l’intestin irritable.

En suis-je atteint ? 

Le diagnostic de l’intestin irritable est aujourd’hui un diagnostic d’exclusion. Une fois toutes les pathologies éliminées vous pouvez estimer être atteint du côlon irritable si vous correspondez aux critères du tableau ci-dessous.

Le syndrome de l’intestin irritable : en êtes vous atteint ?

Faites le test pour savoir si vous avez le syndrome du côlon irritable* !

*Diagnostic officiel de la Rome Foundation (Rome IV)

Mon diagnostic

ROME III

Un patient pourrait être atteint du SII s’il connaît une douleur ou des malaises* abdominaux récurrents depuis au moins trois mois, les symptômes étant apparus au moins six mois auparavant et étant associés à deux ou plus de ces circonstances :

  • atténuation des symptômes avec la défécation ;
  • apparition des symptômes associée à un changement dans la fréquence des selles ;
  • apparition des symptômes associée à un changement dans la forme (apparence) des selles ;

* Malaise, c’est-à-dire une sensation inconfortable qui n’est pas une douleur.

ROME IV

Un patient pourrait être atteint du SII s’il connaît une douleur abdominale récurrente au moins une fois par semaine en moyenne depuis les trois derniers mois, et qu’elle est associée à au moins deux de ces critères :

  • la défécation ;
  • un changement dans la fréquence des selles ;
  • un changement dans la forme (apparence) des selles.

* Critères satisfaits pendant les trois derniers mois avec l’apparition de symptômes au moins six mois avant le diagnostic.

Les deux changements principaux entre Rome III et Rome IV sont :

  • Le remplacement d’un simple malaise par une douleur abdominale permet de ne pas confondre le syndrome de l’intestin irritable avec une constipation fonctionnelle ;
  • Les critères permettant d’en définir le sous-type ont changé pour une plus grande précision.

Si vous correspondez aux critères de Rome III et pas à ceux de Rome IV et que vous ne trouvez pas de solutions à votre pathologie, vous pouvez estimer souffrir d’une colopathie. Les critères de diagnostic évoluent avec le temps. Il est complexe de définir si une personne est atteinte d’un trouble encore mal compris.

Les sous-types

Il existe 4 types du syndrome de l’intestin irritable, retenez le
vôtre, car les traitements et l’alimentation à adopter seront différents
en fonction de celui-ci.

SII-C (Constipation)

  • La personne est souvent constipée.

SII-D (Diarrhée)

  • La personne a souvent des diarrhées.

SII-M (Mixte)

  • Alternance entre diarrhée et constipation.

SII-I (Inclassable)

  • Les selles de la personne sont trop variables, elle est donc inclassable.
Le syndrome de l’intestin irritable : en êtes vous atteint ?

Faites le test pour connaitre votre type d’intestin irritable* !

*Diagnostic officiel de la Rome Foundation (Les classifications Rome IV)

Vous savez désormais si vous rentrez dans les critères de diagnostic du
syndrome de l’intestin irritable et vous connaissez votre type. Retenez-le bien, celui-ci aura une influence sur le traitement de vos symptômes.

Bibliographie, sources et études scientifiques

Global Prevalence of and Risk Factors for Irritable Bowel Syndrome: A Meta-analysis Clin Gastroenterol Hepatol.
Étude [consulté le 20 novembre 2018]

Colon irritable | Michael Friedt, Zurich | Paediatrica Volume 19 Numéro 5 2008.
Colon irritable[consulté le 27 novembre 2018]

Microbiote intestinal (flore intestinale).
INSERM [consulté le 04 décembre 2018]

ASSOCIATION DES PATIENTS SOUFFRANT DU SYNDROME DE L’INTESTIN IRRITABLE.
APSSII [consulté le 20 novembre 2018]

Patients with irritable bowel syndrome have altered emotional modulation of neural responses to visceral stimuli.
Étude [consulté le 05 décembre 2018]vo

Irritable Bowel Syndrome.
Étude [consulté le 05 décembre 2018]

Gastrointestinal Safety of Direct Oral Anticoagulants: A Large Population-Based Study.
Étude [consulté le 05 décembre 2018]

De Rome III à Rome IV : Changements dans le diagnostic du SII.
Société canadienne de recherche intestinale [consulté le 07 décembre 2018]

The relation between celiac disease, nonceliac gluten sensitivity and irritable bowel syndrome.
Étude [consulté le 07 décembre 2018]

Effect of gliadin on permeability of intestinal biopsy explants from celiac disease patients and patients with non-celiac gluten sensitivity.
Étude [consulté le 07 décembre 2018]

Rôle du stress dans la perméabilité intestinale : implication dans les maladies inflammatoires cryptogenetiques de l’intestin (MICI).
Société nationale française de gastro-entérologie [consulté le 07 décembre 2018]

Epithelial expression and function of trypsin-3 in irritable bowel syndrome.
Étude [consulté le 10 décembre 2018]

The efficacy of a synbiotic containing Bacillus Coagulans in treatment of irritable bowel syndrome: a randomized placebo-controlled trial.
Étude [consulté le 11 décembre 2018]

Influence of Saccharomyces boulardii on the intestinal permeability of patients with Crohn’s disease in remission.
Étude [consulté le 11 décembre 2018]

Impact of psychological stress on irritable bowel syndrome.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Short-term and Long-term Efficacy of Psychological Therapies for Irritable Bowel Syndrome: A Systematic Review and Meta-analysis.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Gut microbiota’s effect on mental health: The gut-brain axis.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Anxiety, Depression, and the Microbiome: A Role for Gut Peptides.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Effect of gliadin on permeability of intestinal biopsy explants from celiac disease patients and patients with non-celiac gluten sensitivity.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Lien entre autisme et système digestif : 6 ème prix Dassault.
Étude [consulté le 28 février 2018]

The Gut Microbiota and Autism Spectrum Disorders.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Intestinal Membrane Permeability and Hypersensitivity In the Irritable Bowel Syndrome.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Effect of physical activity on glutamine metabolism.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Glutamine supplementation in serious illness: a systematic review of the evidence.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Glutamine: recent developments in research on the clinical significance of glutamine.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Clinical evidence for enteral nutritional support with glutamine: a systematic review.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Effect of low-dose oral glutamine on painful stomatitis during bone marrow transplantation.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Oral glutamine reduces the duration and severity of stomatitis after cytotoxic cancer chemotherapy.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Mindfulness Meditation Reduces Severity of IBS in Women, Study Finds.
Étude [consulté le 28 février 2018]

A one year follow-up of relaxation response meditation as a treatment for irritable bowel syndrome.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Aloe vera in treatment of refractory irritable bowel syndrome: Trial on Iranian patients
Étude [consulté le 01 mars 2018]

The intestinal microbiota: equilibrium and dysbiosis
Étude [consulté le 14 mars 2018]

An irritable bowel syndrome subtype defined by species-specific alterations in faecal microbiota.
Étude [consulté le 14 mars 2018]

Randomised placebo-controlled trial of dietary glutamine supplements for postinfectious irritable bowel syndrome.
Étude [consulté le 14 mars 2018]

L'équipe rédactrice Guty

Nos articles sont écrits et validés par des médecins, des diététiciens, des psychologues et des chercheurs qui vous aident à comprendre facilement les troubles gastro-intestinaux. Toutes les informations présentes dans nos articles sont référencées scientifiquement.

Diminuez vos symptômes digestifs
  • Des vidéconsultations avec des spécialistes des troubles digestifs
  • Des thérapies de soins cliniquement validées
  • Un accompagnement H24