fbpx

3. Le syndrome de l’intestin irritable : les traitements pour se soigner

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

S'y retrouver dans les traitements possibles !

Contrairement à d’autres maladies, il n’existe pas encore de solution miracle pour éradiquer le syndrome de l’intestin irritable. Le souci majeur est de trouver le remède le plus efficace. Compte tenu de la complexité et diversité des symptômes qui diffèrent d’un malade à l’autre, une prise en charge personnalisée en fonction du profil du malade s’impose pour permettre un soulagement, à défaut de guérison, en évitant d’aggraver son état.

Depuis plus de 50 ans, les médecins restent perplexes et cherchent comment soigner les effets d’une maladie dont ils ignorent la cause.

Compter sur un médicament qui soignera le SII peut demander 5, 10 ou 20 ans et peut-être même ne jamais voir le jour ; à partir du moment où notre mode de vie, qui nocif, ne convient plus à nos besoins vitaux (mauvaise alimentation, sédentarité, surconsommation de médicaments...), aucune solution miracle ne pourra modifier les effets néfastes de celui-ci.

Voyons ensemble les traitements existants pour soigner l'intestin irritable et leurs réelles efficacités.

Les probiotiques, bons ou mauvais ?

Les probiotiques sont à la mode et beaucoup de personnes en chantent les louanges. Sont-ils vraiment fiables et améliorent-ils vraiment l'état de santé des malades ?

Ils peuvent certes soulager, mais aussi dans certains cas participer au déséquilibre du microbiote (dysbiose) donc aggraver l'état du malade. Beaucoup de personnes en prennent de façon aléatoire sans même connaître les souches utilisées.

Dans le cas du syndrome de l'intestin irritable, certaines souches se sont révélées efficaces lors d'études scientifiques. Pour autant, lors de la prise de celles-ci, la mise en place d'une phase d'essai est nécessaire. L'objectif est de s’assurer que les souches en question n'aggravent pas les symptômes du malade.

Enfin, pour multiplier les effets des probiotiques il peut être intéressant de consommer plusieurs souches en même temps. Certains mélanges de probiotiques permettent d'atteindre des objectifs bien précis :

  • Équilibre et reconstruction du microbiote intestinal
  • Amélioration du transit intestinal
  • Amélioration de la digestion
  • Stimulation du système immunitaire
  • Traitement de la diarrhée
  • Traitement de la constipation
  • Diminution de la perméabilité intestinale

Les meilleures souches de probiotique pour l'intestin irritable

Pour en savoir plus sur les probiotiques, connaitre les meilleurs endroits où les acheter et comment le consommer, lisez l'article dédié à ce sujet : Intestin irritable : les probiotiques, bons ou mauvais ?

L'alimentation, la base de tout !

Le premier traitement à prendre en compte lorsque l’on est atteint du syndrome de l’intestin irritable est de rectifier son alimentation. Il est assez facile, avec un peu de motivation, d’améliorer ses conditions de vie en adoptant un régime alimentaire adapté à son profil. C’est la raison pour laquelle un accompagnement sur mesure s’impose.

Quels régimes alimentaires dois-je adopter ?

Régime sans gluten, sans fructose ou bien sans lactose, limitation des fibres insolubles et des aliments irritants, régime pauvre en FODMAP's ou à faible index glycémique. Comment s'y retrouver ? On entend tout et son contraire au sujet de l'alimentation à adopter, alors laquelle choisir ?

Il n'y a pas de bonne alimentation pour les gens atteints du syndrome de l'intestin irritable. Un accompagnement sur mesure doit être mis en place en fonction du profil du malade :

  • Régime alimentaire : omnivore, végétalien, végétarien, crudivore, paléo ...
  • Sous-type de l'intestin irritable : SII-C, SII-D, SII-M, SII-I
  • Intolérances : gluten, lactose, différents sucres, crucifères, etc.
  • Réactions aux aliments consommés : Chaque individu peut réagir différemment aux aliments consommés. Par exemple certains supporteront les légumineuses alors que d'autres non. Un suivi des intolérances doit être effectué pour chaque malade.
  • Motivation : la motivation influe grandement sur le régime qui pourra être adopté. Certains régimes sont plus efficaces, mais plus complexes à tenir dans le temps.
  • Autres pathologies : Si d'autres pathologies existent, il faut les prendre en compte pour éviter de les aggraver.
  • Niveau de stress et d'anxiété du malade : Ce facteur est central et souvent sous-estimé, la corrélation entre le stress et les symptômes du SII ont été démontrés dans de multiples études.1.

Détections des intolérances

Pour adapter son régime alimentaire au mieux, il faut en premier lieu détecter ses intolérances alimentaires. Pour ce faire la procédure est découpée en 2 phases.

1 ère phase, la détoxification !

Cette phase va durer environ 2 à 3 semaines. Pendant celle-ci, l'objectif va être de supprimer ou au moins de limiter au maximum les aliments susceptibles de causer des intolérances chez les malades atteints du SII :

  • Les fibres (surtout insolubles) : Les fibres insolubles sont irritantes pour l'intestin et aggravent les troubles digestifs en cas de syndrome de l'intestin irritable au contraire des fibres solubles, qui douces, permettent d’atténuer les inconforts digestifs. Lors de la phase de détoxification attention cependant à ne pas consommer trop de fibres, même dites solubles (30 g/jours max)
  • Les produits laitiers : Tous les produits laitiers quels qu'ils soient.
  • Le gluten : Tous les produits contenant du gluten, même seulement des traces.
  • Les aliments irritants : Les légumes crus, les aliments acides tels que le café, le thé, l’alcool, les agrumes, la tomate et le chocolat. Il faut aussi supprimer les épices.
  • Les fermentescibles : Pour connaître la liste des produits non fermentescibles, vous pouvez télécharger le guide FODMAP's
  • Les aliments connus pour être mal supportés par les malades du SII : Les jus de fruits à base de concentrés, les œufs (à voir comment vous les supportez), la charcuterie, le chocolat noir, les boissons gazeuses...
  • Les crucifères : Le chou vert et blanc, choux de Bruxelles, chou-fleur, brocoli, le navet...
  • Les aliments transformés : Tous les aliments transformés par l'industrie agroalimentaire

2 ème phase, la réintroduction !

Cette phase va durer environ 2 jours par aliment réintroduit le temps de celle-ci dépend donc de votre régime alimentaire. L'objectif va être de réintroduire tous les aliments interdis lors de la phase 1.

Un par un vous consommerez l'aliment choisi et vous attendrez 2 jours pour constater les effets sur votre corps et votre transit. Vous devrez tenir un journal de réintroduction alimentaire. Celui-ci vous permettra de noter les résultats et les ressentis pour chaque aliment et donc de connaître vos intolérances.

Pour en savoir plus sur comment détecter ses intolérances alimentaires, vous pouvez lire l'article dédié : Comment détecter facilement ses intolérances alimentaires ?

Vous avez dit FODMAPS ?

Le régime FODMAP a été créé par une nutritionniste australienne, Sue Shepard. L’objectif de ce régime est de soulager les symptômes de l’intestin irritable (SII). Ce régime recommande l’exclusion des glucides fermentescibles ; en effet, ces glucides fermentent dans le colon et provoquent de multiples symptômes caractéristiques du syndrome de l’intestin irritable (ballonnements, gaz, diarrhée, douleurs abdominales).

C'est aujourd'hui le régime de référence, la meilleure base, la première étape de l'alimentation à adopter sans jamais oublier l’évaluation comparative tolérance/intolérance.

Vous pouvez obtenir gratuitement le guide FODMAP de Guty en cliquant sur l'image ci-dessous. Si vous désirez en apprendre plus sur le régime FODMAP, vous pouvez lire l'article qui lui est dédié : Intestin irritable : L'alimentation sans FODMAP's, le régime à adopter !

Les remèdes contre l'intestin irritable !

J'ai personnellement été atteint par le syndrome de l'intestin irritable pendant de nombreuses années et j'ai réussi en grande partie à me soigner en modifiant mon mode de vie (alimentation, gestion du stress, sport et complément). J'ai eu la chance de trouver des remèdes qui m'ont aidé à me soigner assez rapidement. Chaque malade étant différent ce n'est pas parce que cela a fonctionné sur moi que ça fonctionnera forcément sur vous mais vous pouvez tout de même les tester. L'avantage de ces remèdes est qu'ils sont facilement accessibles et pas très chers en plus d’être naturels et peu contraignants à prendre.

La glutamine : vaincre la perméabilité intestinale

En à peine 2 mois, la Glutamine a changé ma vie ; la plupart de mes symptômes liés à l’intestin irritable ont disparu. Après tant d’années, cela m’a semblé un peu simple et pourtant le résultat s’est révélé probant.

À noter que la glutamine est surtout conseillée pour les intestins irritables de type-D (diarrhée). Pour connaître votre type d'intestin irritable, vous pouvez faire le diagnostic dans la partie 2 de ce guide : 2. L’intestin irritable : savoir si vous en êtes atteint !

Qu’est-ce que la Glutamine et comment agit-elle ?

La L-Glutamine est l'acide aminé libre le plus abondant dans le sang humain, elle est une alliée de taille pour soigner l’intestin. Elle est hautement recommandée si l’on veut en terminer avec sa perméabilité intestinale, la glutamine va venir soutenir le système immunitaire et permettre de nourrir les cellules intestinales.

Les bénéfices de la L-Glutamine en 5 points :

  • Protège les parois cellulaires
  • Repousse les agents irritants
  • Répare la muqueuse intestinale
  • Stimule le système immunitaire
  • Soigne la perméabilité intestinale

Si ce complément a prouvé son efficacité sur moi, c'est que j'avais un intestin très perméable ce qui est le cas de la plupart des personnes atteintes comme le montre cette étude2. Mais qu'est-ce que l'hyperméabilite intestinale et comment la soigner ?

Pour en savoir plus sur l'hyperméabilite intestinale, lisez l'article qui lui est dédié :Intestin irritable : comment soigner facilement son hypérméabilité intestinale ?

Pour en savoir plus sur la Glutamine ainsi que connaitre le meilleur endroit ou l'acheter et comment la consommer, lisez l'article qui lui est dédié : Intestin irritable : comment la glutamine à changé ma vie !

Le psyllium : en terminer avec la constipation et la diarrhée

Le plantain des Indes (Plantago ovata), ou ispaghul, est une espèce de plantains originaire de l'Inde souvent appelé sur internet par anglicisme « psyllium » (ou « psyllium blond » pour le distinguer du vrai psyllium français).

Il appartient à la catégorie des laxatifs naturels dits de lest (ou de masse) qui sont constitués de fibres ayant la propriété d'absorber plusieurs fois leur poids en eau. Cette fibre alimentaire va permettre l’augmentation du volume des selles et ainsi de réduire les diarrhées et les constipations. C’est l’un des meilleurs compléments existant pour réguler le transit.

Cette plante permet entre autres de soulager de multiples maux :

  • Constipation,
  • Diverticulose,
  • Hypercholestérolémie,
  • Syndrome de l’intestin irritable (SII),
  • Colopathies,
  • Diabète de type 2,
  • Diarrhée,
  • Rectocolite hémorragique, en période de rémission.

Pour en savoir plus sur le Psyllium ainsi que connaître l’officine où l'acheter et comment le consommer, lisez l'article qui lui est dédié : Le psyllium, la solution aux problèmes de transit

Le charbon végétal : les gaz et les ballonnements, ça, c'était avant !

Le charbon végétal est le plus souvent présenté sous forme de poudre noire qui est obtenue suite à la combustion de bois, de coquilles ou de noyaux de fruit et même de paille. Le charbon est principalement connu pour ses propriétés désintoxicantes et anti-ballonnements. Il est utilisé en cas d’urgence lors d’empoisonnement ou d’intoxication. De plus il possède de multiples effets bénéfiques pour la santé. Si vous avez beaucoup de gaz, c'est le complément qu'il vous faut !

Le charbon végétal permet entre autres de :

  • Purifier l'organisme
  • D'agir comme un antidote en cas de surdose médicamenteuse, d’intoxication légère aux métaux lourds et d’empoisonnement
  • De régulariser le transit en calmant la diarrhée et la constipation
  • De calmer les brûlures, les reflux gastriques, l'aérophagie, flatulences, ballonnements, intestin irritable, éructations, crampe suite à une consommation excessive de sucres.
  • Supprimer la mauvaise haleine
  • D'équilibrer l'insuffisance rénale

Pour en savoir plus sur le charbon végétal ainsi que connaître le meilleur endroit où l'acheter et comment le consommer, lisez l'article qui lui est dédié : Le charbon végétal : les gaz et les ballonnements, ça, c'était avant !


Les jus de fruits et de légumes bio pressés à froid !

Souvent nous avons tendance à chercher la solution magique pour parvenir à guérir nos maux et nous oublions l'essentiel. Les fruits et les légumes qui sont à eux seuls des médicaments naturels puissants.


Profiter des atouts du cru sans irriter ses intestins !

Les jus de fruits et de légumes ont un gros avantage pour les gens supportant mal certaines fibres ou qui n'en mangent tout simplement pas assez. Par exemple, la consommation de fibres insolubles est déconseillée en cas de SII, mais grâce au jus, on peut profiter des nutriments et vitamines de ces fruits et légumes en contenant . Vous pouvez faire vos jus vous-même à l'aide d'un extracteur ou bien les acheter préparés à condition qu’ils soient garantis bio, extraits à froid, sans pasteurisation ni conservateur.

Pour en savoir plus sur les jus de fruits bio extraits à froid et où vous en procurer, vous pouvez consulter ce site : Namabio : jus crus locaux et pressés à froid, les produits sélectionnés sont locales et bio, la qualité des jus est excellente.

Ne pas sous-estimer les plantes !

Nous sous-estimons souvent les forces de la nature et les plantes en particulier alors qu’un bon nombre d'entre elles ont le pouvoir d’adoucir les symptômes de l'intestin irritable. Pour trouver la combinaison de plantes qui vous aidera le plus, vous pouvez toutes les tester et observez le résultat. Les meilleures plantes pour traiter le SII sont :

  1. Le radis noir : il est utilisé pour purifier et nettoyer le foie. De plus il a des propriétés antibactériennes et antiseptiques. Pris de manière régulière il permet de lutter contre de multiples désagréments liés à la digestion telle que : nausées, ballonnements, vomissements, mais aussi les brûlures d'estomac. Lorsqu'un trop grand nombre de bactéries est présent dans le système digestif, la digestion peut devenir plus difficile. En bref le radis noir et un merveilleux outil, pour lutter contre les bactéries et les problèmes de digestion.
  2. La mélisse : C'est l'une des plantes les plus relaxantes, elle est connue pour son action sédative et apaisante. Vous pouvez la consommer sous forme d'infusion, ce qui aura pour effet de réduire de beaucoup les troubles tels que les reflux gastriques, les spasmes intestinaux et les crampes d'estomac. Cette plante augmente la fabrication de la bile.
  3. La menthe poivrée : Elle se consomme en huile ou directement sous forme d’infusion ou salade, c'est l'un des remèdes naturels les plus puissants pour soigner les maux de l'intestin irritable. Il soulage des spasmes gastro-intestinaux et des flatulences. 2 à 3 prises par jour suffisent à calmer les troubles digestifs. En bref, malade ou sain ne nous privons pas de menthe poivrée.
  4. Le fenouil : Il permet de lutter contre les flatulences liées à l’aérophagie. Sous forme de décoction ou d'infusion, il facilite la digestion. Il est aussi recommandé lors des coliques infantiles. De plus il contient de la vitamine C et E et protège contre le vieillissement des cellules. Attention le fenouil est un FODMAP, il est très efficace contre l'intestin irritable, mais seulement sous forme d'huile sinon à éviter à tout prix.
  5. L'aneth : L'aneth, Anethum graveolens, est une plante herbacée de la famille des Apiacées. Elle peut être consommée en infusion et stimule le système digestif. Cette plante permet de lutter contre les nausées, les vomissements et les flatulences. De plus elle contient de la vitamine C et de puissants antioxydants.
  6. L'anis étoilé : La badiane chinoise, ou anis étoilé, est le fruit du badianier de Chine, utilisée comme épice en cuisine pour son goût anisé. Elle soulage de la mauvaise haleine et des spasmes intestinaux tout en réduisant les ballonnements.
  7. L'artichaut : Il semble que l'artichaut que nous connaissons ne soit apparu en Europe qu'à la fin du Moyen Âge, il s'agirait d'un chardon transformé par sélection par les horticulteurs. Il contient de l'insuline permettant d'aider certaines bonnes bactéries dans l'intestin grêle et de préserver la santé intestinale. De plus il est riche en fibres et prévient contre la constipation. Attention le fenouil est un FODMAP, il est très efficace contre l'intestin irritable, mais seulement sous forme d'huile sinon à éviter à tout prix.
  8. La réglisse : Elle permet principalement de lutter contre les brûlures d'estomac, d’augmenter la sécrétion de mucus gastrique qui dilue le contenu acide de l'estomac. Elle a aussi des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires et combat le vieillissement des cellules du corps.

La gestion du stress, pierre angulaire pour mieux vivre avec le SII

En tant que malade vous avez sûrement constaté une aggravation de vos maux lorsque vous êtes stressé. En état de stress, nos intestins en subissent les conséquences. Les troubles du transit et les ballonnements apparaissent alors. Cette problématique n'est pas réservée aux malades de l'intestin irritable, mais à tous les êtres humains. Vous l'avez sûrement déjà vécu avant une présentation ou un rendez-vous important, on se sent un peu patraque et notre ventre est tiraillé. Les personnes atteintes du SII vivent ces symptômes, mais de façon bien plus forte, la gestion du stress est l'une des clés pour maîtriser cette pathologie3. Nous allons voir ensemble comment faire baisser son niveau de stress.

Gestion du stress : la solution la plus facile, le sport !

Les bienfaits de la pratique du sport dans la gestion du stress ne sont plus à prouver. Lorsque nous faisons du sport, nous générons une hormone appelée endorphine. Celle-ci va permettre au corps et au cerveau de se détendre et de rentrer dans un état de bien-être profond pendant et après la pratique sportive. Cette hormone est tellement puissante qu'on la qualifie « d'opioïde », car elle a une action similaire à celle de l'opium ou de la morphine, on peut même y devenir accroc. Cette addiction reste bénéfique, car elle pousse à faire plus de sport. À noter que pour les personnes atteintes d'un SII de type C (constipation), le sport va permettre de dynamiser le transit et de diminuer les symptômes de la constipation.

Gestion du stress : les activités de relaxation

La plupart des activités de relaxation vont permettre un relâchement et une détente du corps et de l'esprit. À noter que certaines activités de relaxation sont aussi des sports (Yoga, Tai-chi chuan...). Voici quelques exemples d'activité de relaxation :

  • Yoga : C’est une discipline du corps et de l’esprit qui comprend une grande variété d’exercices et de techniques. Les techniques employées utilisent des postures physiques (appelées asanas), des pratiques respiratoires (pranayama) et de méditation, ainsi que la relaxation profonde (yoga nidra).
  • Tai-chi chuan : Le tai-chi-chuan ou tai-chi ou taiji quan est un art martial chinois dit « interne » souvent réduit à une gymnastique de santé. Il peut aussi comporter une dimension spirituelle. Il a pour objet le travail de l'énergie appelée chi.
  • Qi gong : C'est une gymnastique traditionnelle chinoise et une science de la respiration fondée sur la connaissance et la maîtrise du souffle qui associent mouvements lents, exercices respiratoires et concentration.
  • Méditation : Le terme méditation désigne une pratique mentale qui consiste généralement en une attention portée sur un certain objet, au niveau de la pensée (méditer un principe philosophique par exemple, dans le but d'en approfondir le sens), des émotions, du corps. Dans une approche spirituelle, elle peut être un exercice, voire une voie de réalisation du Soi et d'éveil. Plusieurs études montrent les effets bénéfiques de la méditation sur les personnes atteintes du SII4.
  • Sophrologie : La sophrologie est un « entraînement du corps et de l’esprit pour développer sérénité et mieux-être basé sur des techniques de relaxation et d’activation du corps et de l’esprit ». Elle s’adresse à toutes personnes cherchant à améliorer son existence et souhaitant développer mieux-être et détente.

Nous avons ici cité 5 pratiques de relaxation, mais il en existe une multitude, selon l'état d'esprit, une simple promenade en forêt peut être une activité relaxante et avoir le même résultat que certaines activités citées plus haut.

Gestion du stress : la thérapie psychologique

En plus du sport et des pratiques relaxantes, plusieurs études montrent qu'une thérapie psychologique de type "thérapie comportementale et cognitive" a fait ses preuves dans le traitement de l'intestin irritable.

La TCC, dîtes thérapie comportementale et cognitive : l'avantage de cette thérapie est qu'avec seulement quelques séances, vous pourrez observer une amélioration. Contrairement à la psychanalyse standard, celle-ci s'appuie sur des protocoles scientifiques (à noter, qu'il n'y a pas de meilleure thérapie qu’une autre, elles ont juste une approche différente). Une étude montre que la TCC a permis à des personnes atteintes de l'intestin irritable d'en diminuer les symptômes sur le moyen et long terme5. Celle-ci n'est pas encore remboursée par la sécurité sociale, cependant certaines mutuelles peuvent participer aux frais.

Le stress ou d’autres facteurs psychologiques ne provoquent pas les symptômes intestinaux du SII, mais les accompagnent la plupart du temps.

Les médicaments, la solution temporaire

Dans certains cas, si vous souffrez trop, il existe des solutions médicamenteuses pour vous aider. Nous allons donc les voir ensemble en fonction de vos maux :

  • Douleurs : si les douleurs sont lancinantes, il est possible d’utiliser des antispasmodiques ; ce sont des produits permettant de lutter contre les spasmes musculaires, on peut citer le Modulon ou le Dicitel. En dernier recours, en cas de douleurs récurrentes que d’autres traitements ne parviennent pas à soulager il est possible de recourir aux antidépresseurs, ceux-ci peuvent réduire la sensibilité intestinale surtout chez les SII de type D.
  • Constipation : la consommation de fibres est conseillée, vous pouvez donc prendre ce qu’on appelle des laxatifs de lest tel que le Prodiem ou le Metamucil. Il existe aussi les laxatifs de type émollients qui ramollissent les selles tels que le Colace ou le Soflax. Si les effets des laxatifs cités ont peu d’effets, vous pouvez vous diriger vers un troisième type, les laxatifs osmotiques. Ceux-ci aident à retenir l’eau dans les intestins, ce qui a pour effet de ramollir les selles. On peut citer dans cette catégorie le lait de magnésie, le Colyte ou le Fleet.
  • Diarrhée : dans ce cas, un supplément de fibre est conseillé, celui-ci permettra d’améliorer la consistance des selles, nous pouvons donner comme exemple le psyllium dont nous avons parlé plus haut. En dernier recours il existe des médicaments de type antidiarrhéiques à base de lopéramide (Imodium)

À noter que la consommation d’antidépresseur n’est pas anodine et doit être mûrement réfléchie, parlez-en à votre gastro-entérologue.


Qui consulter ?

Le médecin généraliste est la première personne à qui vous devez parler de vos troubles. Il vous dirigera certainement vers un gastro-entérologue pour effectuer d'éventuelles explorations complémentaires qui permettront de confirmer le diagnostic.

Récapitulatif des mesures à prendre pour enfin se soigner !

La communauté de Guty a été créée dans le but de vous aider à soigner votre intestin irritable. Toutes les ressources de ce site sont liées à cet objectif. Voici un exemple des mesures que vous pouvez prendre pour améliorer votre état :

  • Utiliser notre solution complète et personnalisée de soin, qui vous guidera pas à pas pour améliorer votre qualité de vie et diminuer les symptômes de votre intestin irritable.
  • Pratiquer une activité sportive et/ou de relaxation. Ces études montrent une réduction des troubles du SII grâce à la méditation de pleine conscience et à la relaxation6.
  • Modifier votre alimentation : détection des intolérances + régime FODMAP's
  • Prendre des compléments de type glutamine, charbon végétal, psyllium et des plantes en fonction de votre réaction à chacun d'eux.
  • Possibilité de commencer une thérapie psychologie pour apprendre à gérer son stress et son anxiété.
  • Apprendre à vivre plus détendu, se détacher des choses et relativiser les petits problèmes quotidiens.
  • Et surtout accepter sa maladie sans se comparer aux autres, cesser de se demander "pourquoi moi ?". Cette maladie invalidante néanmoins non mortelle peut se soigne avec de la motivation !

Bibliographie, sources et études scientifiques

Global Prevalence of and Risk Factors for Irritable Bowel Syndrome: A Meta-analysis Clin Gastroenterol Hepatol.
Étude [consulté le 20 novembre 2018]

Colon irritable | Michael Friedt, Zurich | Paediatrica Volume 19 Numéro 5 2008.
Colon irritable[consulté le 27 novembre 2018]

Microbiote intestinal (flore intestinale).
INSERM [consulté le 04 décembre 2018]

ASSOCIATION DES PATIENTS SOUFFRANT DU SYNDROME DE L'INTESTIN IRRITABLE.
APSSII [consulté le 20 novembre 2018]

Patients with irritable bowel syndrome have altered emotional modulation of neural responses to visceral stimuli.
Étude [consulté le 05 décembre 2018]vo

Irritable Bowel Syndrome.
Étude [consulté le 05 décembre 2018]

Gastrointestinal Safety of Direct Oral Anticoagulants: A Large Population-Based Study.
Étude [consulté le 05 décembre 2018]

De Rome III à Rome IV : Changements dans le diagnostic du SII.
Société canadienne de recherche intestinale [consulté le 07 décembre 2018]

The relation between celiac disease, nonceliac gluten sensitivity and irritable bowel syndrome.
Étude [consulté le 07 décembre 2018]

Effect of gliadin on permeability of intestinal biopsy explants from celiac disease patients and patients with non-celiac gluten sensitivity.
Étude [consulté le 07 décembre 2018]

Rôle du stress dans la perméabilité intestinale : implication dans les maladies inflammatoires cryptogenetiques de l'intestin (MICI).
Société nationale française de gastro-entérologie [consulté le 07 décembre 2018]

Epithelial expression and function of trypsin-3 in irritable bowel syndrome.
Étude [consulté le 10 décembre 2018]

The efficacy of a synbiotic containing Bacillus Coagulans in treatment of irritable bowel syndrome: a randomized placebo-controlled trial.
Étude [consulté le 11 décembre 2018]

Influence of Saccharomyces boulardii on the intestinal permeability of patients with Crohn's disease in remission.
Étude [consulté le 11 décembre 2018]

Impact of psychological stress on irritable bowel syndrome.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Short-term and Long-term Efficacy of Psychological Therapies for Irritable Bowel Syndrome: A Systematic Review and Meta-analysis.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Gut microbiota’s effect on mental health: The gut-brain axis.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Anxiety, Depression, and the Microbiome: A Role for Gut Peptides.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Effect of gliadin on permeability of intestinal biopsy explants from celiac disease patients and patients with non-celiac gluten sensitivity.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Lien entre autisme et système digestif : 6 ème prix Dassault.
Étude [consulté le 28 février 2018]

The Gut Microbiota and Autism Spectrum Disorders.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Intestinal Membrane Permeability and Hypersensitivity In the Irritable Bowel Syndrome.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Effect of physical activity on glutamine metabolism.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Glutamine supplementation in serious illness: a systematic review of the evidence.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Glutamine: recent developments in research on the clinical significance of glutamine.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Clinical evidence for enteral nutritional support with glutamine: a systematic review.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Effect of low-dose oral glutamine on painful stomatitis during bone marrow transplantation.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Oral glutamine reduces the duration and severity of stomatitis after cytotoxic cancer chemotherapy.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Mindfulness Meditation Reduces Severity of IBS in Women, Study Finds.
Étude [consulté le 28 février 2018]

A one year follow-up of relaxation response meditation as a treatment for irritable bowel syndrome.
Étude [consulté le 28 février 2018]

Aloe vera in treatment of refractory irritable bowel syndrome: Trial on Iranian patients
Étude [consulté le 01 mars 2018]

The intestinal microbiota: equilibrium and dysbiosis
Étude [consulté le 14 mars 2018]

An irritable bowel syndrome subtype defined by species-specific alterations in faecal microbiota.
Étude [consulté le 14 mars 2018]

Randomised placebo-controlled trial of dietary glutamine supplements for postinfectious irritable bowel syndrome.
Étude [consulté le 14 mars 2018]

  1. Étude sur l'impact du stress et de l'anxiété sur le SII : Étude 1 | Étude 2
  2. Étude sur le lien entre le SII et l'hyperméabilite intestinale : Étude
  3. Étude sur le lien entre le stress et le SII : Étude
  4. Étude sur les effets positifs de la méditation sur le SII : Étude 1 | Étude 2
  5. Étude sur les effets positifs de la TCC sur le SII : Étude
  6. Étude sur la méditation de pleine conscience et le syndrome de l'intestin irritable : Étude 1 | Étude 2
Axel

Axel

Guty vous aide à soigner vos troubles digestifs