fbpx

1. Le syndrome de l’intestin irritable : qu’est ce que c’est ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Qu'est-ce que le syndrome de l'intestin irritable (colopathie fonctionnelle) ?

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) («irritable bowel syndrome» en anglais, IBS) aussi appelé colopathie fonctionnelle est une maladie gastro-intestinale qui se caractérise par des douleurs et/ou des inconforts abdominaux chroniques associés à des troubles du transit (constipation, diarrhée ou bien une alternance des deux). Cette maladie aurait des corrélations avec d’autres troubles comme :

  • fatigue chronique, anxiété et dépression : qui pourraient être causées, comme le syndrome du SII, par un déséquilibre du Microbiote intestinal; en effet, selon certaines études1, dans un état de fatigue avancé, le système digestif ne peut plus fonctionner correctement. La fatigue engendrant du stress et le stress de la fatigue, un cercle vicieux s’installe pouvant provoquer de l’anxiété et même une dépression. Un lien entre ces différentes pathologies existerait donc.
  • Quant au stress : contrairement à ce que l’on pensait, il n’est pas la cause de l’intestin irritable, mais il en aggrave les symptômes, car en cas de stress, le fonctionnement du système nerveux sympathique se dérègle, entraînant des effets fâcheux sur le système digestif :
    • estomac qui se vidange moins vite
    • ralentissement du transit de l’intestin grêle, ce qui occasionne des constipations
    • stimulation de la motricité et des sécrétions du colon, ce qui occasionne des diarrhées
    • modification de la perméabilité intestinale et de la population de bactéries qui siègent dans le microbiote, ce qui a pour effet de créer des inflammations intestinales.

Nombre de personnes touchées

Cette maladie touche environ 5% à 15% de la population française. Il est difficile de comptabiliser exactement le nombre de malades, car beaucoup ne consultent pas. De plus, il existe plusieurs grilles avec des critères différents pour diagnostiquer le syndrome de l’intestin irritable (Manning et Rome). Les critères Rome III ont été modifiés en mai 2016 ; aujourd’hui on établit le diagnostic selon les critères Rome IV.

Vous pourrez faire votre propre diagnostic de l’intestin irritable dans la partie 2 de ce guide : 2. L’intestin irritable : savoir si vous en êtes atteint !


Accepter sa maladie est le premier pas vers la guérison. 
Henri-Frédéric Amiel

Qui en est atteint et pourquoi ?

Le syndrome de l’intestin irritable a une prédominance chez les femmes. Elles seraient environ 3 fois plus nombreuses à en être atteintes. Ceci pourrait s’expliquer par le fait que les hommes consulteraient moins à ce sujet et se préoccuperaient moins de ce type de problèmes.

Il y a aujourd’hui beaucoup de pistes et d’études sur les causes de cette maladie, voici les plus probantes:

  • Une alimentation non adaptée : l’une des causes qui revient le plus souvent est l’alimentation. La grande majorité des personnes malades parviennent à améliorer leur condition de vie et à réduire leurs symptômes en modifiant leurs habitudes alimentaires, soit en éliminant ou en ajoutant certains aliments. Certains types de probiotiques et de prébiotiques bien précis ont aussi fait leurs preuves. Le syndrome de l’intestin irritable est une maladie dite de civilisation. Elle est surtout présente dans les pays développés, mais commence à apparaître dans les pays en voie de développement. Cela nous permet de faire le lien entre la présence du SII et la modification des habitudes alimentaires.
  • L’inflammation du système digestif : un trouble de l’équilibre immunitaire s’ajouterait aux causes entraînant des inflammations de la muqueuse intestinale en provoquant une augmentation des cellules immunitaires.
  • Le gluten : pourrait être un facteur déclenchant ou aggravant. Une étude australienne exécutée en double aveugle allègue que le gluten serait responsable d’un nombre encore indéterminé de syndromes d’intestin irritable. Selon une autre étude, le gluten augmenterait la perméabilité intestinale de tous les consommateurs et non seulement des intolérants2 ou des malades du SII.
  • La perméabilité intestinale : l’intestin en bonne santé est très peu perméable et empêche au maximum le passage de certaines molécules toxiques pour le corps. Dans le cas d’une hyperperméabilité de l’intestin, certaines molécules (toxines, virus, bactéries) passeront à travers la paroi intestinale provoquant une inflammation chronique ainsi que des allergies, des intolérances alimentaires et même de l'autisme3. De plus le foie va devoir travailler davantage pour détoxifier l’organisme des molécules qui auront traversé la paroi perméable de l’intestin. Dans le cas de l’intestin irritable, une perméabilité intestinale accrue est observée chez un grand nombre de malades.
  • Déséquilibre du microbiote intestinal : ce déséquilibre pourrait entre autres être causé par une infection intestinale ou par la prise de certains médicaments, le patrimoine génétique est aussi mis en cause. Des études démontrent que le déséquilibre du microbiote intestinal joue un rôle dans le syndrome de l’intestin irritable4.
  • Troubles du système nerveux central : en cas de problème de régulation de la sérotonine, le fonctionnement du système nerveux peut être perturbé et alors enclencher une réaction de stress ainsi que des douleurs dans la partie abdominale. Pour cette raison certaines personnes voient leur état s’améliorer en prenant un traitement d’antidépresseurs de type ISRS. Les antidépresseurs ne sont pas la solution et ont de nombreux effets secondaires délétères ; ils sont à prendre en cas de douleurs intenses, parlez-en avec votre médecin. La prise d’antidépresseurs n’est pas anodine. Attention à l’accoutumance !
  • La trypsine-3 : une étude5 a démontré que dans le colon de certains patients, il y avait une activité protéase anormalement élevée. Cette protéase mise en cause est la trypsine-3, cet enzyme agirait à 2 niveaux : en se liant à un récepteur précis, le PAR-2, elle excite les neurones. Ce qui a pour effet de créer des ballonnements chez les animaux testés. La trypsine-3 augmente la perméabilité intestinale.

Quels sont les symptômes de l'intestin irritable ?

Symptômes indirects

Des symptômes indirects peuvent aussi survenir, il existe cependant des possibilités de diminuer leurs incidences. L’amélioration des connaissances sur la
physiopathologie
du syndrome de l’intestin irritable est considérable. Ceux-ci ne sont plus limités à un simple dysfonctionnement de l’appareil intestinal, mais aussi désormais d’origine multifactorielle.

Symptômes indirects et solutions

Brûlures d'estomacMaux de dos
Manger des aliments riches en antioxydants (graines germées, fruits, légumes)Ne pas se mettre au repos et continuer une activité sportive
Bien mastiquer les alimentsConsulter un kinésithérapeute et/ou un ostéopathe
Dîner léger le soirAppliquer une source de chaleur sur le dos
Consommer du bicarbonate de soude.
Celui-ci tamponne le contenu de l'estomac et neutralise l'excès d'acidité
Masser avec des huiles essentielles (lavande fine, camomille romaine)
Thérapie psychologique (hypnose, psychothérapie, sophrologie, thérapie comportementale et cognitive)

Douleurs pelviennesMigrainesTroubles du sommeil & fatigue
Thérapie psychologique (hypnose, psychothérapie, sophrologie, thérapie comportementale et cognitive)Thérapie psychologique (hypnose, sophrologie, thérapie comportementale et cognitive)Thérapie psychologique (hypnose, psychothérapie, sophrologie, thérapie comportementale et cognitive)
Consulter un spécialiste (gynécologique, gastro-entérologue, urologue)En cas de grosse douleur il est possible d'utiliser certains médicaments (anti-inflammatoires non stéroïdiens, antalgiques)

Parlez en à votre médecin
Test du sommeil pour détecter certains dysfonctionnements (apnée du sommeil, problème respiratoire, sommeil agité)
Bien dormir et à heure régulièreEn cas de troubles important, il est possible de consommer certains médicaments (anxiolytique, hypnotique)

Parlez-en à votre médecin
Prendre de la vitamine B2

Évolution et complication de la maladie ?

Dans la plupart des cas, les symptômes persistent avec des périodes de crise et d’amélioration. Il est cependant possible de se soigner ou au moins de limiter les effets négatifs à court et long terme, grâce à une modification de son mode de vie.

Le syndrome de l’intestin irritable n’augmente pas le risque de développer un cancer du côlon ou une autre maladie intestinale inflammatoire intestinale chronique (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique).

J’espère avoir répondu aux questions que vous vous posez, alors passons au diagnostic pour ensuite trouver des solutions et des traitements efficaces.

  1. Anxiété , dépression et microbiote 1 : Étude 1 | Étude 2
  2. Étude
  3. Une étude effectuée par Joël Doré sur le lien entre l'autisme et le microbiote intestinal : Étude 1 | Étude 2
  4. Étude 1 | Étude 2
  5. Étude
Axel

Axel

Leave Your Comment

Guty vous aide à soigner vos troubles digestifs